Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tablemots

Tablemots

Tableaux de mots, mots en tableaux, c'est le blog de Sogsine... D'abord de l'écriture en forme de nouvelles ou de poèmes. Et puis, en pointillés, quelques échos d'une petite ville de province ... ou parfois d'ailleurs et que je signe de mon nom, Gérard Silighini... Gérard et Sogsine, deux facettes d'une même personne


Pour deux milliards quatre t’as plus rien, même pas la paix sociale

Publié par Gérard Silighini sur 5 Décembre 2018, 11:29am

Catégories : #, blog, #humeur

Il paraît que les propositions d’Edouard Philippe coûteront deux milliards quatre-cent-mille euros au budget de la Nation. Reculade ou pas de côté… Ou encore pas de clerc?

Les gilets jaunes sont toujours là, agglomérés sur les ronds-points et je ne pense pas qu’ils s’en retirent de sitôt. Transporteurs routiers et agriculteurs, lycéens et étudiants les rejoignent, chacun défendant ses raisons. C’est que la question des taxes sur le carburant et celle du pouvoir d’achat ne sont finalement que la partie visible de l’iceberg. Je crois bien en effet que, plus que les institutions et l’impôt en tant que tels, c’est le sens de notre vie collective, le sens de la solidarité qui sont aujourd’hui en cause et que chacun regarde à sa propre lorgnette, à commencer par monsieur Macron et ses premiers de cordée.

On sait sur les ronds-points qu’occupent les gilets jaunes que pour construire un pont, il faut des ingénieurs qui calculent mais aussi des gens qui coulent le béton, et que les uns sans les autres ne parviennent à rien. Et ce bon sens là conduit à demander pourquoi certains gagnent tellement dans l’affaire qu’ils utiliseront le pont chaque semaine pour partir en week-end alors que les autres n’auront même pas de quoi réparer leur bagnole ou, si elle est en encore en état de rouler, de payer leur plein de gasoil ou le péage à l’entrée de ce pont qu’ils auront pourtant contribué à bâtir.

Sur les ronds-points, on sait cela ou en tout cas on le ressent. Et on ne comprend pas ce qui peut justifier que certains rament sur les bancs de la galère quand d’autres échangent des mondanités sur le pont, autour d’un cocktail dinatoire. Qu’il y ait des écarts de salaire, soit. Il y a sans doute de bonnes raisons à cela. Mais qu’un capitaine d’industrie puisse gagner trois smic annuels par jour, dimanches compris, cela frise l’indécence.

Sur les ronds-points, on sait qu’il y a deux mondes qui ne se mélangent plus, le monde de ceux qu’on voit à la télé et qui comptent en millions d’euros, qui payaient l’impôt sur la fortune et ne le paient plus et le monde de ceux à qui on prend tout, même le droit de rêver.

Il s’agirait, nous disent nos élites gouvernantes, de faire des efforts pour rééquilibrer nos finances collectives et cela passerait par un retour au plein emploi.  Or, poursuit-on, la création d’emploi suppose des capitaux, et les capitaux ne viendront irriguer notre économie que si l’on donne confiance aux « premiers de cordée » en leur garantissant qu’on ne les tondra pas, qu’on ne les assommera pas d’impôts et de taxes que, de très riches, ils pourront devenir très-très riches.

Mais au fond, plus que des capitaux, n’est-ce pas d’abord la réponse à des besoins que suppose l’emploi ?

Et lorsqu’on y regarde de près, il n’est pas évident que les secteurs qui se portent le mieux soient ceux qui répondent aux besoins les plus élémentaires, comme le logement, la santé ou encore l’agriculture. Ce sont au contraire ceux qui répondent à l’accessoire, voire à  ce que la plupart des gens considéreraient comme inutile . Il suffit de voir la bonne santé de l’industrie du luxe qui va créer quelques emplois de smicards chargés de fabriquer les signes extérieurs de richesse de nos fameux premiers de cordées plutôt que s’occuper à bien nourrir, bien loger, bien soigner l’ensemble de la population.

Je me souviens d’un dessin de Konk qui illustrait ce paradoxe, traçant en quelques coups de crayon la silhouette d’un pauvre diable de retour dans le bidonville infect où il logeait sa famille dans une vague cabane de tôle.  « Me voilà au chômage, disait-il à sa femme. Il paraît qu’il n’y a plus de logements à construire. »

Un système qui conduit à l’appauvrissement du plus grand nombre et à l’enrichissement de quelques-uns, sans même être en mesure de répondre convenablement aux besoins vitaux de tous ne peut pas durer bien longtemps. Et cela d’autant  que l’on prend progressivement conscience de ce que les ressources et les équilibres vitaux de notre planète ont leurs limites.

C’est pourtant ce système là que continue de défendre monsieur Macron dont la fureur réformatrice ne vise au fond qu’à  fluidifier son fonctionnement sans jamais remettre en cause sa pertinence même. Le macronisme se montre en cela incapable d’inventer des horizons qui donneraient du sens à la vie de chacun au sein d’un destin collectif. Et c’est probablement cette carence qui réunit aujourd’hui, sous le même gilet jaune, tous les invisibles ou ceux qui croient l’être et qui agglomère des colères très différentes que le gouvernement risque bien d’avoir de plus en plus de peine à canaliser. Ce ne sont pas les deux milliards quatre que le premier ministre « met sur la table » qui vont y changer grand-chose.

Il est urgent pourtant qu'aujourd’hui on commence à les construire ces horizons désirables. Il est urgent que le gouvernement en prenne conscience et parle pour de vrai de solidarité et de justice sociale.

Ce qu’il faut craindre en effet, c’est que, dans l’ambiance délétère qui se renforce de jour en jour, les gilets jaunes ne laissent insidieusement place aux gilets bruns ou noirs et que l’Histoire ne nous rappelle alors cruellement à quel point Démocratie et République sont choses fragiles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Tout n'est pas faux dans ce que tu dis , mais ne revenons pas à ce discours qui veut " remettre en cause la pertinence même" du système ! pourquoi Hollande ne l'a pas fait ? Ce discours tenu dans l'opposition par le PS depuis 30 ans l'a conduit ou il en est ! c'est aussi cela que rejette les gilets jaunes : les illusions ,le double discours … dont on voit les effets depuis 30 ans !
Répondre
Désolé Dominique. J'avais laissé tomber mon blog quelques mois et je n'y reviens que maintenant. C'est gentil de me dire que tout n'est pas faux dans mon propos. Mais tu rejettes en bloc me semble-t-il la question de la pertinence même du système et tu demandes pourquoi François Hollande ne l'a pas fait ? A dire vrai, je n'en sais rien et je ne peux que le constater avec plus qu'un soupçon d'amertume. Je me suis laissé prendre par son discours sur la finance lorsqu'il était en campagne et qui m'évoquait celui de Mitterrand sur la rupture. Puis Hollande s'est éloigné de plus en plus de son discours initial, allant jusqu'à prendre monsieur Macron comme ministre… Illusions, double discours ! Et on en voit les effets, tu as raison.
Mais s'agissant du mouvement de la République en marche et de monsieur Macron, venus soi-disant bouleverser le monde politique, ne sont-ils pas, même sur ce registre des marchands d'illusions que le peuple accepte de moins en moins ?
Je crois, à l'inverse de toi qu'il est plus qu'urgent de poser la question de la pertinence d'un système qui finit par ne plus produire qu'une fracture bientôt irréductible entre, pour reprendre la célèbre phrase de monsieur Macron, "ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien", sachant que, l'ascenseur social républicain s'étant grippé, il vaut mieux plus que jamais pour réussir, naître chez ceux qui réussissent qu'être un enfant de rien.

Nous sommes sociaux !

Articles récents