Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tablemots

Tablemots

Tableaux de mots, mots en tableaux, c'est le blog de Sogsine... D'abord de l'écriture en forme de nouvelles ou de poèmes. Et puis, en pointillés, quelques échos d'une petite ville de province ... ou parfois d'ailleurs et que je signe de mon nom, Gérard Silighini... Gérard et Sogsine, deux facettes d'une même personne


Claude nous a quittés

Publié par Gérard Silighini sur 15 Juillet 2021, 11:39am

Catégories : #, blog, #Intime, #lettres à Elise

J’ai le coeur bien lourd ma chère Elise, 
Claude est partie. Elle partageait ma vie depuis plus de cinquante ans. Elle est la maman de nos deux filles, et Manou pour ses petits enfants. Elle nous a quitté mardi. Elle a franchi la dernière porte, celle qui mène en pays inconnu, après plus de trois ans passés dans cet affreux corridor où l’avait égarée un cancer qui, sournoisement, s’était glissé partout en elle . 
Il y aura eu pourtant des moments lumineux durant ces trois ans, comme la naissance du petit Axel, notre quatrième petit enfant, et d’autres moins marquants sans doute, mais qui chaque fois ont brisé pour quelques instants ou quelques jours la sombre monotonie de ce chemin qui conduit vers l’au-delà.
 Et nous nous sommes trouvés, retrouvés, elle et moi durant ces mois si difficiles. Nous en avons partagé tous les moments. Au moins a-t-elle pu vivre jusqu’au bout dans le cocon préservé de sa chambre.
Mardi, nous déjeunions en bas, dans la salle, mes filles, une des soeurs de Claude et moi-même. Nous étions bouleversés par les dernières heures d’un dernier combat que menait son corps pour rester un peu encore de ce côté de la porte alors que déjà sa conscience l’avait passée. Je ne sais quelle intuition étonnante m’a conduit alors jusqu’à la chambre. Elle râlait. Je lui ai donné quelques soins. Elle a subitement ouvert les yeux. Elle m’a fixé, le souffle haletant et qui s’est presque imperceptiblement éteint.
J’ai plus que le coeur lourd.  Ces cinquante années de moments partagés avec elle, pour beaucoup, heureux,  parfois douloureux pour d’autres, nous ont construits l’un et l’autre. Je suis effondré et j’avais besoin de le dire ma chère Elise. Elle est tellement présente partout dans la maison, partout dans ma mémoire et  je lui dis à chaque instant qu'elle est la femme de ma vie et qu'elle l'a toujours été, même si je ne le savais pas toujours.
Bien à toi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Nous sommes sociaux !

Articles récents