Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tablemots

Tablemots

Tableaux de mots, mots en tableaux, c'est le blog de Sogsine... D'abord de l'écriture en forme de nouvelles ou de poèmes. Et puis, en pointillés, quelques échos d'une petite ville de province ... ou parfois d'ailleurs et que je signe de mon nom, Gérard Silighini... Gérard et Sogsine, deux facettes d'une même personne


Le grand remplacement

Publié par Gérard Silighini sur 23 Novembre 2021, 10:26am

Catégories : #, blog, #lettres à Elise, #humeur

Médaille offerte à mon grand-père polonais, le jour de son départ en retraite, par l'usine de Lorraine où il avait trimé de longues années,

 

Ma chère Elise,

Je ne m’étais jamais intéressé à Zemmour, fréquentant peu, pour ne pas dire pas du tout, les chaines et les émissions où il paradait jusqu’alors. Mais à force d’en entendre parler, j’étais tenté de découvrir le personnage… France Info m’en a donné l’occasion hier matin et je l’ai saisie.

Je ne suis pas sûr aujourd'hui qu’il soit besoin de prolonger l’expérience pour me convaincre de la vanité du personnage ou de la vacuité de son discours.

 Il était caricatural lorsque je l’ai vu, et il s’est dit d’abord victime d’un ostracisme du service public … jusqu’à ce qu’on lui rappelle quelque invitation antérieure à laquelle il avait pourtant pu se rendre; puis victime de la nécessité puisqu’au fond, c’est vers le métier d’écrivain que le portaient ses rêves d’enfants. Un vrai. Un grand. Un qui tisse de la plume ces grands récits qui modèlent l’esprit de la jeunesse… Mais voilà qu’il avait entendu la voix de la France et qu’il lui fallait à présent la venir sauver du grand remplacement, comme Jeanne d’Arc la sauva autrefois des Anglois, dans le grand récit national en tout cas.

Je t’accorde ma chère Elise qu’il n’a pas dit tout cela exactement. Mais il est tellement caricatural qu’on ne peut que le caricaturer. Je t’accorde également qu’il est loin d’être une douce bergère en armure et armée de ses voix. Il se dit homme de l’élite et fier de l’être. Mais d’une élite patriote et qui peut donc s’allier au peuple pour bouter hors de nos frontières les généraux et la piétaille de son grand remplacement.

Mais qu’est-ce au juste que cette chose dont il parle ?

Le peuple français va-t-il être balayé demain par des vagues d’immigration plus terribles que les légions romaines venues gallo-romaniser la Gaule, ou que les  Huns, les Francs et les Germains venus germaniser et franciser les gallo-romains, ou que les Vikings devenus normands, les Anglois d’Aquitaine et de Normandie qui ont fait souche, ou plus récemment les milliers d’Italiens et de Polonais venus donner leur sueur et leur sang dans les mines et les usines de Lorraine et du Nord , ou encore les enfants d’anciennes colonies, trop souvent parqués à la périphérie des villes d’un pays qui disait pourtant à leurs pères que, même au-delà des mers, ils en faisaient partie.

C’est de toute cette Histoire là que la France, son peuple et sa culture sont pétris et qu'ils ne cessent de l’être … sauf pour quelques esprits chagrins qui les voudraient pétrifier.

Zemmour est de ceux-là et, lorsqu’il se dit homme de l’élite et capable de s’allier au peuple, il ne fait que tenter de transformer en aigreur de légitimes indignations du Peuple… Et autant l’indignation peut se révéler féconde, autant l’aigreur, qui trop souvent dissout tout autre pensée, empêche de vivre et de progresser. C’est sans doute pour cela que, concrètement, Zemmour ne propose pas grand-chose. Que pourrait on semer en effet dans l’acidité d’un terreau arrosé seulement d’un mélange d’aigreurs et d’invectives au vitriol ?

Ce que mesurent les sondages aujourd’hui m’inquiète, je te l'avoue ma chère Elise. Plus que de la cote d’un Zemmour, ils rendent en effet compte d’un climat social et politique délétère dont il n'est que l’un des acteurs, et que l’on ressent aussi jusque dans les affaires locales. Je pense par exemple au spectacle effarant du dernier conseil municipal d’Evreux où des salves d’invectives tenaient lieu de seul argumentaire au maire qui le présidait.

Bien à toi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents