Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tablemots

Tablemots

Tableaux de mots, mots en tableaux, c'est le blog de Sogsine... D'abord de l'écriture en forme de nouvelles ou de poèmes. Et puis, en pointillés, quelques échos d'une petite ville de province ... ou parfois d'ailleurs et que je signe de mon nom, Gérard Silighini... Gérard et Sogsine, deux facettes d'une même personne


Lettre à Elise, A Evreux pas de ..., pas de..., pas de...

Publié par Gérard Silighini sur 29 Juin 2020, 11:46am

Catégories : #, blog, #Blog... Petite chronique ébroïcienne, #Municipales Evreux, #lettres à Elise

Ma chère Elise,

Les jeux sont faits à Evreux comme partout ailleurs

Pas de belle dynamique pour le vainqueur qui a perdu la moitié de ses voix de 2014 et fait à cet égard un score plus minable encore que celui de son prédécesseur qu’il avait alors battu.

Pas de victoire pour son challenger qui pourtant gagne en ce qui le concerne 800 voix entre les deux tours de l’élection. Mais il partait de bien trop bas.

Pas de commentaires pour le troisième larron qui a vu son score de premier tour raboté d’un tiers ou presque.

Pas de sursaut de la participation au vote, comme on pouvait s’y attendre.

A Evreux, ce sont dix huit milles électeurs sur les vingt six milles que compte la ville qui ne se sont pas déplacés. A l’échelle de la France, ces proportions sont quasiment les mêmes partout.

J’entends pourtant ce matin sur toutes les chaines d’info, dont c’est le métier de mouliner à l’infini les mêmes commentaires, que l’on a assisté hier à un raz de marée vert et à un retour des partis de gauche et de droite qui ont conservé ou conquis de grandes villes au détriment de la bouillie macronnienne qui espérait bien s’y infiltrer .

J’aimerais que ce soit vrai.

J’aimerais que l’écologie soit prise plus au sérieux dans les actes. J’aimerais que l’on se souvienne que Droite et Gauche, ce n’est pas la même chose. Mais le seul raz de marée que j’ai vu hier, c’est celui de l’abstention, celui du désamour entre le peuple et ceux qui décident. Et c’est à présent la rue qui risque de s’exprimer plus que jamais comme il est de mise quand les représentants du peuple sont si mal élus qu’ils perdent beaucoup de leur légitimité.

Imagine ma chère Elise que, lorsque Guy Lefrand par exemple, qui redouble à Evreux, croisera vingt de ses concitoyens, il pourra se dire que parmi eux,  trois pensent probablement du bien de lui, trois pensent du mal et les quatorze derniers considèrent qu’il ne sert à rien. C’est en effet par moins de 16% du corps électoral qu’il a été élu hier…

Cela devrait l’inciter à la modestie mais je gage qu’il commencera dès le premier conseil municipal à écraser ses adversaires d’hier devenus opposition, comme il l’avait fait en 2014.  Je l'imagine déjà affichant son mépris et s’enorgueillissant d’une victoire à la majorité absolue, et tenter ainsi de faire oublier que les urnes étaient vides.

J’espère me tromper mais, pour l’avoir pratiqué durant tout un mandat, je crains bien que ce ne soit ainsi que se passeront les choses.

Au fond, que pouvait-on attendre  de ce bricolage électoral organisant le premier tour en même temps que fermaient, pour cause de contagion, les écoles, les crèches et les bistrots, puis glissant  trois mois plus tard un second tour masqué , cependant que les Français à peine déconfinés, craignent toujours la contagion et s’intéressent d’abord  à leurs vacances quand ils ont les moyens de s’en offrir ou à leur frigo lorsqu’ils ne savent malheureusement plus comment le remplir ?

Que pouvait-on en attendre d’autre que ce taux de participation le plus effroyablement bas de toutes les élections de la cinquième république ?

Rien sans doute, sinon de mettre rapidement un terme au feuilleton de l’élection municipale dont on avait si mal écrit les premiers épisodes. Alors qu’importait pour le gouvernement et les grands chefs de partis que ce dernier épisode soit tout aussi bâclé que les premiers, pourvu qu’ils en finissent avec cette agaçante obligation démocratique qu’est l’élection et qu’ils puissent enfin se concentrer sur … Mais sur quoi au juste ?  Sur leur « monde d’après » tout aussi factice que ce nouveau monde que prétendait ouvrir monsieur Macron et qui s’est révélé n’être qu’une méchante caricature de l’ancien ,  ou sur de nouvelles grandes manœuvres politiciennes?

Je t’avoue que je suis un peu écœuré ma chère Elise, et j’ai pourtant bon estomac.

Bien à toi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents